Expérience Etudes Emploi

Retour d’expérience sur 3 ans d’apprentissage en alternance (Ingénierie)

Introduction

Et voilà, j'écris enfin mon premier article. Il s'agit du premier d'une longue liste (du moins c'est le projet). J'aimerai vous proposer des publications traitant d'expériences de vie dans le domaine du développement Web, de technologies à travers des tutoriels ou des présentations.

Mais commençons tout d'abord par les présentations. Je m'appelle Rémi Pereira (pouvez m'appeler Pophip, oui oui comme dans Stupeflip), 24 ans, passionné par les nouvelles technologies du Web et fraichement diplômé ingénieur informatique de l'UTBM (Université de Technologies de Belfort-Montbéliard). Je suis amoureux des grands espaces, de culture, mais aussi du siège douillet de mon bureau sur lequel trône fièrement ma machine.

Si je souhaite depuis un certain temps maintenant proposer mon premier article, je pense qu'un retour d'expérience sur mes trois années de cycle ingénieur en alternance serait un bon début. Cela vous permettra sans doute de remettre mes prochaines publications dans leur contexte initial mais également de faire connaissance. Avec un peu de chance, ce billet sera lu par un(e) étudiant(e) hésitant à aller dans le monde merveilleux de l'alternance. Puisse-je lui en faire découvrir les ficelles...

A propos de mon parcours

Mon parcours est assez classique. Le lycée ne fut pas une partie de plaisir et je suis arrivé en première année de prépa intégrée de l'UTBM sans savoir travailler ni me rendre compte de l'enjeu des études. On finit par payer les pots cassés bien évidemment. S'en suivis deux ans d'IUT durant lesquels j'ai cultivé ma volonté de retourner dans cette école.

Je pense pouvoir dire aujourd'hui que mon échec en prépa fut en tremplin pour la suite. Une bonne claque, ça réveille... J'ai donc obtenu un DUT Informatique à Belfort et passé les entretiens à l'UTBM. J'ai enfin effectué 3 ans d'ingenierie en apprentissage par alternance au sein d'une DSI pôle développement d'une entreprise du secteur automobile (Franche-Comté quand tu nous tiens...). Fiou ! Ça c'est fait on peut passer au vif du sujet.

Choix de l’apprentissage en alternance

L'alternance....je dirais même l'Alternance, mais par où commencer ? C'est une voie qui se démocratise et prouve son efficacité chaque année. De plus en plus prisée par les jeunes, l'alternance est devenue une voie royale en matière d'insertion professionelle et de passage à la vie active. Les entreprises sont elles-même pleinement conscientes des avantages en terme de recrutement. Former un jeune dynamique, motivé, absorbant les informations et les notions comme une éponge pour enfin le recruter et obtenir un salarié à l'embauche efficace et déjà intégré: en voilà une mine d'or.

Les contrats d’apprentissage du secteur privé augmentent de +6,24% entre juillet 2017 et juin 2018 par rapport à la période de juillet 2016 à juin 2017. L’écart observé sur 5 ans (par rapport à la période de juillet 2012 à juin 2013) est en hausse de 3.3%. Les entrées en juin 2018 restent plus importantes que les années précédentes et semblent confirmer une embellie des entrées en apprentissages dans le secteur privé ; Les contrats d’apprentissage du secteur public augmentent fortement entre juillet 2017 et juin 2018 par rapport à la période de juillet 2016 à juin 2017 : +9.0 %. A noter que sur trois ans la hausse est de 84% (sur des quantités faibles)

Source : medef.com

Bon, autant dire que l'essort de cette voie est terrible. Mais d'un autre côté tout encourage à la suivre, notamment par rapport au marché du travail actuel. Si les entreprises cherchent aujourd'hui le mouton à cinq pattes, l'alternance pourrait leur offrir le mouton à quatres pattes et demie. Et pour un étudiant, obtenir un CV en béton au bout de trois ans, quelle satisfaction et surtout quel tremplin pour son début de carrière. Cela à condition de jouer le jeu, mais j'y reviendrai.

Malgré tout, lorsque l'on m'en a parlé pour la première fois en 2016 (merci papa), je voyais cela comme une manière de brader la difficulté des études pour obtenir un diplôme moins reconnu. Ont alors commencé des recherches intensives sur les débouchés, les avantages, les inconvénients, les choix que cela m'imposerait de prendre. Et voilà la conclusion tirée début Juin 2016 (sachant que je suis rentré à l'UTBM en Septembre 2016), le diplôme est le même, les avantages sont immenses et les inconvénients acceptables. Mais surtout, cette voie s'imposait comme une continuité parfaite du caractère très pratique et concret de l'IUT.

Du coup faisons une liste non exhaustive des avantages :

  • Montée rapide en compétences techniques
  • Développement de la capacité d’analyse et de restitution de problèmes/solutions
  • Expérience significative en entreprise
  • Temps pour soi le soir
  • Temps de réaliser des projets personnels
  • Passage progressif dans la vie active
  • Salaire et avantages
  • Double statut Etudiant/Salarié
feel

…et des désavantages :

  • Périodes de cours denses
  • Voie fatiguante autant physiquement que psychologiquement
  • Nécessité d’une bonne hygiène de vie
  • Vie sociale avec les étudiants initiaux compliquée de par les disparités des EDT
  • Nécessité de s’impliquer à fond dans l’apprentissage afin que l’alternance soit efficace

Pour des études facilitant l’insertion professionnelle, les inconvénients semblent être des contraintes acceptables pendant 3 ans pour obtenir à la fin les bienfaits de la formation.

Choix de l’entreprise

what

Bravo futur alternant, tu es pris dans ton école, tu es passioné et motivé mais le plus important et difficile reste à faire : Trouver et choisir son entreprise. Oui oui, j'ai bien dis choisir. Je m'explique, je vous vois déjà arriver.

Trouver l'entreprise n'est pas chose aisée et il vous faudra jouer toutes vos cartes pour dénicher les quelques entreprises dont les projets vous intéressent et bien évidemment, cherchant un alternant avec votre profil. Pour cela, le travail consiste à bien se connaître, savoir ce que l'on cherche, pourquoi on souhaite travailler dans un domaine etc...

De plus une préparation sérieuse aux entretiens est importante et vous débloquera des portes supplémentaires. Enfin la lettre de motivation et le CV seront vos atouts pour vous démarquer. Une lettre bien construite et bien rédigée montre déjà une certaine motivation et une structuration de l'esprit du candidat. Autant dire que l'on ne peut pas la négliger, tout autant que le CV.

Maintenant que vous avez trouvé les entreprises de vos rêves, il va falloir choisir. Que vaut-il mieux ? Un projet moins technique, moins intéressant mais une société multinationale aux nombreuses facettes dont le nom ferait frémir de joie vos futurs employeurs ? ou une société plus modeste mais avec un projet bien plus technique dans un environnement professionel riche ? Startup ? SA ? Oulah on ne s'en sort pas... A vrai dire cela ne va dépendre que de votre projet professionel.

Vu que nous sommes dans un retour d'expérience, laissez-moi vous expliquer mon propre choix. Après toutes mes recherches, mes entretiens, mes lettres etc, j'ai au final eu le choix entre deux sociétés que je nommerai A et B. La société A disposait de plusieurs dizaines de milliers de salariés et implantée dans plusieurs dizaines de pays de par le monde. Il s'agissait d'une grosse multinationale dont le nom aurait été un véritable tremplin. WAW. Oui mais, Java et Java Swing et...c'est tout. Je voyais déjà venir les entretiens dans 3 ans :

  • “Incroyable Mr Pereira, la société A est vraiment bien ! Et quelles sont vos compétences ?”
  • “eh bien pas grand chose”

Quelle déception…

La société B, elle, disposait de 3 milliers de salariés, restait une multinationale mais était tout de même bien plus modeste. Cependant, lors de l'entretien on m'avait présenté un certain nombre de technologies et présenté l'évolution technologique éventuelle que le pôle développement suivrait durant la période de mon contrat chez eux. Mes futurs employeurs post-études n'auraient pas été impressionés par la société B, mais le CV lui serait cohérent et "appétissant". Ce fût en effet un choix personnel, mais je souhaitais devenir polyvalent, obtenir des compétences dans les nouvelles technologies au sein d'un environnement technologique et fonctionnel riche. Cela m'a ouvert les portes que je souhaitais.


dream

Moralité :

Etre alternant apprenti ingénieur c’est savoir où l’on va, ce que l’on veut. C’est voir à long terme et ne pas perdre son objectif de vue. L’entreprise que vous choisissez doit correspondre à cet objectif. Vous jouez vos projets actuels, futurs et la qualité de votre apprentissage sur le choix de la société. Soyez exigeant ! Toujours en retour d’expérience, une réflexion approfondie est de mise afin d’en tirer le meilleur.

Je retombe ainsi sur mes pattes lorsque je disais plus haut “à condition de jouer le jeu”. Jouer le jeu c’est dès le début et pendant votre apprentissage. Garder un objectif en vue, rebondir sur les notions pour pousser plus loin et sortir de cette expérience significative en entreprise armé jusqu’aux dents pour commencer véritablement votre vie professionnelle sur les chapeaux de roues.

Pendant l’alternance

En général

L'alternance c'est un peu une double vie. On apprécie le temps passé en cours car c'est une pause sur l'entreprise et que l'on voit des camarades, mais on apprécie le temps passé en entreprise car c'est une pause sur les cours et que l'on se sent libre le soir et les week ends. C'est un cercle qui s'enchaine pendant 3 ans jusqu'à ce que l'entreprise devienne une normalité et que l'on ait hâte que les cours se terminent. La plus grande difficulté reste de recommencer l'entreprise après une semaine d'examen sans pause. Cela crée une brèche dans la routine scolaire et croyez-moi : c'est crevant.

Néanmoins, c'est vivifiant.

Les alternants sont non stop solicités, on leur demande d'être actifs et réactifs peu importe la période (cours ou entreprise). Cette solicitation est clairement une source de dynamisme (et de fatigue).

Faux départ

Je reviens de loin. Clairement je reviens de loin. Mes débuts en tant qu'alternant se sont caractérisés par une responsabilisation forcée et un besoin d'auto formation plus que nécessaire. Sans parler de la baffe technique prise en pleine figure en 2016/2017. J'ai pour ainsi dire fait un faux départ.

fail

Alors là, que faire ? Quand on sent que son chef se demande pourquoi il vous a choisi et que vos collègues se disent "décus". Le terme n'est pas facile à entendre et encore moins dans la période charnière de la vingtaine passée où on souhaite faire ses preuves. En entreprise malheureusement, une image vous est très vite attribuée et elle vous colle à la peau. Donc que faire ? Réagir, comprendre ce que l'on vous reproche, rebondir et essayer d'apprendre des autres. Vous êtes étudiants, certaines choses sont difficiles à entendre mais on vous pardonne encore vos fautes parce que vous êtes là pour apprendre. A force de poser des questions, de s'intéresser, de se tromper mais d'écouter les conseils (ou les reproches) les personnes finissent par se dire que vous êtes peut être un tocard mais que vous persévérez. Et petit à petit, l'image du tocard disparaît. Je parle ici bien entendu autant du côté humain que technique.

C'est là où la veille entre en jeu. Au délà de connaissances techniques elle vous apportera également un recul sur votre travail, votre environnement professionel à travers les articles de vie en entreprise ou d'optimisation de vos méthodes de travail. Lisez, apprenez et surtout partagez avec vos collègues. Un collègue un minimum bienveillant vous écoutera et sera très heureux que vous cherchiez à sortir la tête de l'eau. Il vous aidera. Et puis bon, au delà de vous redonner confiance en vous et de vous dépasser, c'est particulièrement constructif bien évidemment.

J'avais, vous l'avez compris un certain retard niveau technique. Et je couplais cela à une caractéristique d'apprentissage par bachotage. C'est à dire que j'apprends en rabâchant rabâchant ra-bâ-chant encore et encore les notions jusqu'à parfaitement les maîtriser.

Donc j'ai pris mon temps libre à deux mains et j'ai lancé un projet perso. Une application web "from scratch". 'Tin j'en ai bavé avec NodeJS. J'ai eu la chance d'avoir un "mentor" (si vous êtes abonnés à ce blog vous reconnaitrez Maxime Chenot). Maxime m'a soutenu dans la mise en place de ce projet et ma montée (exponentielle) en compétence. Ce projet est sans doute la meilleure chose que j'ai faite sur ces trois années d'apprentissage. Il m'a permis d'apprendre d'un passioné, de comprendre le cloud natif et tout simplement assimiler des notions d'architecture applicative.

A partir de là j'ai eu un déclic professionnellement. Les choses sont devenues plus simples et ma vie professionelle bien plus agréable. Il est d'ailleurs possible que c'est en parti grâce à toute cette progression que mon chef m'a donné un projet d'ingé aussi passionant. Super transition ! On va justement en parler !

Le projet

Et maintenant, le moment que moi j’attendions tous

what

Parlons projet, parlons technique ! Un retour d’expérience sur 3 ans sans parler projet, je m’en voudrais…

Ce que je vais aborder maintenant relève uniquement de mon expérience, l'alternance a malheureusement un côté loterie sur la richesse technique ou fonctionnelle des projets sur lesquels vous travaillez. Encore une fois, soyez exigeant et persévérant lors de vos recherches et choix !

JavaEE, Maven, Groovy, Grails, Gradle, Spring (boot, intégration, batch…), Hibernates, Javascript, NodeJS, Angular, Ruby (respiration) REST API, Gitlab, Gitlab CI, Docker, KUBERNETES ! Là je ne peux que remercier mon tuteur entreprise ainsi que les membres du pôle dev pour m’avoir permis d’évoluer dans un environnement technique aussi riche. Et je ne parlerai pas des méthodes AGILE, de l’intégration continue, du pair programming et de tous les outils de développement, d’aide à la conception etc.

La question qui se pose maintenant est : Mais avec tout cela, est ce que l’on s’y perd ? A-t-on le temps de tout voir ? Est ce qu’on ne finirait pas par survoler toutes ces notions ? La réponse est bien heureusement non. L’alternance ce sont trois années, trois années bien remplies pendant lesquelles vous avez le temps d’apprendre (mais pas le temps d’en perdre). Peut être lors de périodes assez chargées il m’a fallu travailler certaines choses en revenant chez moi et ô combien il est difficile de travailler chez soi après une journée de travail.
Ainsi, à mon sens il faut prendre le temps de bien assimiler chacune des notions techniques afin d’optimiser l’efficacité de cette expérience en entreprise. A partir de là, la progression est exponentielle. On se sent un peu perdu au début, mais plus en progresse, plus cela s’accélère.

On termine par un exemple de projet ingé donné à la fin de l'apprentissage. Ce qui est gratifiant c'est la confiance montante de votre chef et vos collègues au fur et à mesure de votre progression. Dans le cas où votre alternance s'est bien passée, vous pourriez bien vous retrouver avec un sujet particulièrement interessant dans lequel vous devrez mettre en oeuvre tout ce que vous avez appris afin de ne pas vous noyer. Allez chercher les réponses là où elles sont: d'abord dans vos connaissances, ensuite auprès de vos collègues et enfin sur internet. Demander n'est pas un mal vous ne pouvez pas tout connaître et c'est normal. Mais avoir un comportement proactif vous fera encore plus monter en compétence.

Le projet donc… j’ai migré une application JavaEE non standard adaptée spécifiquement aux environnements Windows sous Kubernetes et son environnement Unix. C’était… du DevOps et de la chasse aux effets de bord. Le projet a nécessité une importante analyse technique, une conception réfléchie pour éviter au maximum ces effets de bord au vu de la complexité technique et fonctionnelle de l’application. Ainsi pendant 6 mois j’ai conçu une solution afin de redécouper l’application au maximum en micro services pouvant être conteneurisés avec Docker puis lancés sous Kubernetes.

Ça c’était de l’ingénierie… Prendre en compte les enjeux de disponibilité, de coupures de service et d’adaptabilité dans une nouvelle infrastructure Unix afin de péréniser la maintenabilité… un vrai plaisir (à par quand il fallait toucher au code source, là c’était aussi agréable qu’une file d’attente à Europapark sous 40° de canicule).

Voilà techniquement ce qui pourrait vous attendre... Sortir d'une filière ingénieur en alternance c'est arriver sur le marché du travail avec une expérience significative tellement demandée aujourd'hui. Vous aurez de l'expérience sur le côté humain, technique, fonctionnel mais également en conception. Quoi demander de plus ? Un travail à la fin... Oui je t'ai entendu le dire à ton voisin toi au fond.

À la recherche d’emploi

Ça passe vite...ça passe vraiment vite. Au mois d'avril de votre dernière année vous commencez à vous demander ce que vous allez faire l'année prochaine, où est-ce que vous allez travailler. Bon, l'alternance vous permet d'être directement embauché à la fin mais, mais pas toujours. C'est ce cas qui va nous intéresser.
Pourquoi un entreprise ne vous prendrait pas alors qu’elle a passé 3 années à vous former ?

Pas de poste libre, coupe budgétaire où tout simplement votre tuteur entreprise ne souhaite pas vous prendre (alors là... ça peut être un mauvais feeling, des problèmes entre lui et vous etc). Bref ça peut arriver. Pour finir il est également tout à fait possible que vous ne souhaitiez pas rester. Ce fut mon cas et vous avez dû comprendre en lisant ce billet que j'ai pourtant adoré mon alternance. Cependant j'ai souhaité changer car 24 ans c'est jeune, car se faire d'autres expériences ne pourra être que bénéfique et formateur et parce que

strasbourg

STRASBOURG

Waw ce n’était vraiment pas objectif.

Oui parce que je voulais changer de ville et de vie. J'ai passé 6 ans à Belfort alors il est temps de tourner la page et se projeter ailleurs et plus loin. Ce qui nous amène au sujet de cette partie, la recherche d'emploi. Ce qui est bien quand on est en informatique c'est que l'on a pas besoin de chercher, les offres viennent assez vite à vous. Ok, quand on sort de l'école c'est surtout de la prestation et en soit c'est normal car notre profil reste un profil junior. Et c'est là où il faut prendre son temps pour bien analyser ce que l'on vous propose. Je rêvais de certaines boites en emploi "fixe" si je puis dire. Elles m'ont fait comprendre que mon profil était encore trop jeune.

Ok les gars mais je reviendrai...

back

Vinrent les entretiens avec une, deux, trois, quatre, dix boites de consulting et quelques unes en poste final mais aux projets plutôt désuets. Toutes sont aussi intéressées les unes que les autres. Trois retiennent réellement mon attention MAIS je veux savoir si les entreprises de mes rêves veulent de moi. J’ai donc donné une “deadline” afin de me donner plus de temps et surtout pour en discuter avec mon entourage privé et professionel. A vrai dire ce dont j’avais peur c’est d’être pris dans une entreprise de consulting vendeuse de viande et à n’importe quel client, je ne citerai pas de nom. En discutant avec mes collègues de leur expérience en prestation ils m’ont vite rassuré sur ce domaine et informé sur ses points positifs et négatifs.

Alors voilà mon conseil si à la sortie de l’alternance vous entrez dans une boite de prestation. Trouvez une entreprise à ambiance familiale, à petite échelle dont le principal projet repose sur l’accompagnement aux nouvelles technologies et disposant d’une dynamique allant dans ce sens. Il faut vous sentir considéré et que le commercial vous prenant en charge soit présent et s’intéresse réellement à votre cas. Si en plus de ça l’entreprise est active, propose conférences, formations et meetings alors vous avez peut être trouvé une perle qui sera dans la continuité de votre progression exponentielle durant vos études. Et là, je pense sincèrement que le consulting vous ouvrira des portes plus grandes.

Vous l'avez compris j'ai fini par choisir un cabinet d'architecture numérique accompagnant leurs clients dans leur transition technologique. Après, chacun sa voie et je vous souhaite de trouver la vôtre <3.

Attention cependant ne vous méprenez pas. Ce n'est pas parce que les entreprises viendront vous chercher que vous aurez gagné la partie. Je vous conseille de rigoureusement vous préparer aux entretiens, parler de vous, votre parcours, votre/vos projets. Mais si vous avez joué le jeu pendant les trois années d'aventure alors les réponses viendront toutes seules durant votre préparation ce qui vous permettra de présenter un tout cohérent à vos potentiels futurs employeurs.

Et maintenant ?

Et maintenant ce premier article est terminé. J'espère vous avoir apporté une expérience mais également des réponses à vos éventuelles questions. Rappelez vous qu'il ne s'agit que d'un retour, à vous également de vivre votre propre aventure. Quoi qu'il en soit je vous remercie d'avoir pris le temps de lire tout cela et je vous donne rendez-vous à la prochaine publication.

Bien à vous,

Pophip.

Author image

A propos de Rémi Pereira

Je suis issu d'une formation ingénieur informatique à l'UTBM. Je suis actuellement ingénieur développeur Web m'orientant progressivement vers le DevOps.
  • Strasbourg - France